Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Autun Morvan Ecologie

Edito

Bienvenue sur le site d'Autun Morvan Ecologie. Vous y trouverez toute l'actualité de l'association, ainsi que des articles sur de nombreux thèmes qui touchent à l'environnement. Un agenda vous permettra de participer à nos actions et venir nous rencontrer. Plus que jamais, nous avons besoin de votre aide, alors n'hésitez pas à diffuser largement ce site et à laisser des commentaires sur les articles présents sur notre site. Nous vous souhaitons une bonne visite à tous…


Edito de Vincent Perrin


Ce qui s'est passé en mai a été un concentré de ce que sont nos rapports avec l'environnement depuis plus de 30 ans. Des rapports construits sur le même schéma, trop bien huilé et entendu, une sorte de pièce de théâtre en 4 actes.

Acte 1 : Un rapport alarmant est produit sur la situation écologique du moment, où l'une des facettes de cette situation est mise en exergue. Ici, l'effondrement de la biodiversité : après trois ans de travaux et une semaine d'échanges sur 1800 pages de données , les scientifiques fixent les dégâts de l'action humaine sur le règne animal et végétal au niveau astronomique d'un million d'espèces menacées d'extinction...

Acte II : Viennent ensuite des chefs d'état, manifestement conscients des enjeux écologiques et qui se réunissent avec tout le renfort médiatique nécessaire lors d'un sommet. Ici le G7 de l'environnement à Metz.

Acte III : Un lot de mesures et d'intentions politiques est annoncé. En ce mois de mai, on souligne ainsi l’urgence de revoir à la hausse les objectifs climatiques et les soutiens financiers au Fonds Vert pour le climat. On opère même des déclinaisons de ces mesures au niveau national : le président français remettant par exemple en cause le projet de la « montagne d'or ».

Acte IV : Enfin, arrive le temps de la « real politique », celle où il faut transiger, amadouer, ne pas offusquer les lobbys, les mastodontes industriels, les cartels de l'énergie, les mafias de l'agroalimentaire, les yakusa du BTP... De nulle part sortent alors des projets de lois, décisions ou choix constituant autant de contradiction aux déclarations volontaristes et courageuses émises quelques jours auparavant. Ici, on citera entre autre un projet de décret qui pourrait laisser libre cours aux appétits des bétonneuses dans les sites les plus préservés de France, celles dont la richesse en biodiversité est essentielle. Ce décret prévoit que l'ensemble des autorisations de travaux concernant les sites classés seront délivrées directement par le préfet de département et non plus par le ministère.

Cette pièce en 4 actes, à force d'être jouée et rejouée depuis plusieurs années, voire décennies, finit tristement par lasser. Rien ne change, quel que soit le degré d'urgence...

Et puis soudain l'étincelle... Une belle et grande étincelle, nationale et internationale, a alors éclairé notre ciel morose, allumée par une jeunesse qui a bien compris qu'elle ne pouvait pas attendre grand chose de ses aînés. Le mouvement « fridays for future », la « grève » de la jeunesse pour le climat, réunit élèves et étudiants du monde entier tous les vendredis depuis août dernier. Lors de l'un des points d'orgue de ce mouvement, ce sont près de 200 000 jeunes français qui ont montré avec force qu'ils ne souhaitaient pas de cet article IV si souvent joué par nos politiques. Au niveau mondial ce sont plus de 1,6 millions de jeunes qui ont tout simplement appelé leurs dirigeants à enfin respecter les accords de Paris de 2015 ! Un tel mouvement en faveur de la protection de la planète n'avait jamais été vu auparavant … Comme nous le montre cette jeunesse, il n'y a pas grand chose à espérer de nos décideurs politiques qui nous entraînent bien souvent dans leur spirale de résignation et d'échecs. Si action et changement il y a, c'est à nous de les initier. Ce mouvement est un grand bol d'air frais qui fait un bien fou et dans lequel nos associations peuvent puiser l'énergie et la volonté nécessaires pour poursuivre le combat.

Vincent Perrin

Signez la pétition contre les coupes rases dans le Morvan


AME et le Groupement Forestier pour la Sauvegarde des Feuillus du Morvan soutiennent la pétition lancée par les associations environnementales. adressée à Madame la Ministre qui doit prendre position pour le renouvellement de la charte du Parc. Faites entendre votre voix auprès de la Ministre de la transition écologique et solidaire, Mme Borne qui doit trancher dans les prochaines semaines !

AME continue le combat afin que les coupes rases ne soient autorisées que pour problème sanitaire ou pour restauration d'un peuplement dégradé irrécupérable. Nous disons non aux coupes rases et oui à une sylviculture proche de la nature et continue.
https://www.canopee-asso.org/stop-aux-coupes-rases-dans-le-morvan/
Lisez le texte de la députée européenne Michelle Rivasi:













sos_foret.jpegLa forêt en danger. Autun Morvan Ecologie se bat depuis plus de 30 ans pour que les déclarations sur la gestion durable et sur la multifonctionnalité des forêts soient inscrites dans la loi. > Lire la suite.

ame_logo.jpgNous avons besoin de votre soutien : Adhérez pour 10 euros par an à Autun Morvan Ecologie et soutenez nos actions. N'hésitez pas à télécharger notre bulletin d'Adhésion : ame_bulletin_adhesion.pdf

coupe-a-blanc.jpgLa Forêt morvandelle, usine à bois? Télécharger ici notre tract d'information sur la destruction des forêts morvandelles pour alimenter des méga-installations en bois-énergie.Tract Forêt du Morvan

L'association

Autun Morvan Ecologie est une Association "loi 1901" indépendante créée en 1989 ayant pour but la défense de l'environnement et du cadre de vie en Bourgogne, agréée au titre de la protection de l'environnement pour la Bourgogne Franche Comté. Autun Morvan Ecologie est aujourd'hui une association reconnue, et mène de nombreuses actions. Notre association a besoin de vous. Pour nous soutenir, vous avez la possibilité d'adhérer à notre association ou de participer à nos campagnes d'actions en faveur de l'environnement.

"Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes." Rosa Luxembourg

Lire la suite...